I – Le mépris envers le privé d’une « élite » formée par des fonctionnaires

De toute ma vie, moi, chef d’entreprise habitué au respect de mes clients, de mes salariés et des médias, je n’ai connu le mépris et la condescendance qu’à un seul endroit : l’université française ! C’est en 1991 et j’ai 45 ans. Une expérience intense. Je suis dans une université bretonne et visite une petite exposition sur l’informatique avancée à l’occasion d’un colloque. Je discute avec des étudiants thésards en Intelligence Artificielle de cette université, tout content de rencontrer des jeunes travaillant dans mon  domaine, d’échanger sur l’IA, de leur parler de mes découvertes et de mes produits. Au début, ils m’écoutent avec intérêt. C’est qu’il y a très peu de chefs d’entreprises en France susceptibles d’embaucher ces étudiants, car l’IA est en perte de vitesse. Quand j’en arrive à la démonstration que l’IA la plus simple est en fait la plus efficace, je vois le regard d’une jeune étudiante en face de moi s’écarquiller. Comme j’insiste dans cette voie pour la convaincre, je la vois me regarder soudain avec un incroyable sourire de mépris ! Pour elle, je suis un ringard, un de ces mecs du privé tellement bête qu’il ne lui reste qu’à manger du foin. Elle, elle est un expert en intelligence artificielle. Elle fleurte avec des concepts qui me dépassent ! Comme elle ne peut soutenir la discussion avec moi qui semble bien connaître mon sujet, elle me tourne carrément le dos et s’en va ! Ses copains finissent par la suivre. Me voilà tout seul dans le hall, mon attaché-case ballottant stupidement sur mes jambes, bien ridicule…

II – L’université forme… de futurs fonctionnaires !

Dans une école de commerce, ma formation, quand un chef d’entreprise vient discuter avec les étudiants, il est écouté avec intérêt et respect, quels que soient ses propos, même si on n’est pas d’accord. C’est la courtoisie due à toute personne et a fortiori à celui qui a fait ses preuves, qui embauche, qui paie son personnel, fait vivre de nombreuses familles, gagne de l’argent en dépit de la concurrence mondiale. Apparemment, dans l’université, non. On n’y enseigne pas le respect des responsables du privé, bien au contraire ! On va le voir par la suite. Les profs trompent nos têtes blondes en leur faisant croire qu’avec ce qu’ils leur apprennent, ils deviennent des génies qui vont éclairer le monde. Ça ne trompe pas les étudiants intelligents mais cet endoctrinement peut convenir aux esprits faibles fils et petits-fils de fonctionnaires, la majorité des étudiants en université, déjà endoctrinés par leurs parents. Comment trouver du travail dans le privé alors qu’on le méprise ? Résultat : leur diplôme en poche, ces jeunes prétentieux universitaires restent sur le carreau tandis que les écoles privées n’ont aucun mal à caser leurs diplômés. L’administration française et les groupes publics tentent bien d’en embaucher un maximum, augmentant ainsi le poids du public et nos impôts, mais il en reste toujours…

A travers mes malheurs, on voit bien se dégager deux France du haut jusqu’en bas, du gouvernement jusqu’au petit peuple, de Madelin jusqu’à l’étudiant ignorant tout de la vie active : celle qui méprise les vrais productifs – dont ils vivent – et les autres. C’est tout à fait anormal !

Publicités