Arcane était la filiale commerciale d’Arcane R&D. C’est celle-ci qui détenait la technologie exploitée dans mes logiciels. Après le dépôt de bilan d’Arcane, j’ai gardé Lionel Barbotteau dans Arcane R&D. Nous repartons dans cette petite structure comme en 14, serrant les coudes et les dents, espérant que cette fichue crise économique va enfin se terminer et les affaires reprendre. Malheureusement, la crise n’en finit pas et les persécutions administratives non plus. Je me retrouve contraint de déposer le bilan de la maison-mère. Merci à vous tous, universitaires  et fonctionnaires nantais douillettement installés dans vos bureaux à nos frais. Grâce à vous, j’en suis maintenant à deux dépôts de bilan ! Cela ne vous arrivera jamais ! Vous avez réussi à faire d’un honnête homme un « failli » !

Toujours sans droit aux allocations chômage grâce aux bienfaits constants de l’État envers les entrepreneurs, je n’ai qu’une solution pour vivre : continuer mon activité en IA pour tenter de survivre avec ma famille. J’opte cette fois pour une structure légère : une entreprise en nom personnel, baptisée elle aussi Arcane, et je conserve mon collaborateur informaticien Lionel. Je ne comprends pas aujourd’hui avec quel argent j’ai pu faire ça, comment j’ai fait à la fois pour être ruiné, vivre et payer ce salarié. J’ai du encore trouver une pirouette quelconque… A Nantes, auprès de mes amis et de mes salariés, j’avais la réputation d’être l’homme qui rebondit…

Publicités