Douteriez-vous de la collusion entre le Medef et les juges des tribunaux de commerce ? Je comprendrais, je suis moi-même tombé des nues. Les tribunaux de commerce ont été créés pour arbitrer les litiges entre entreprises et gérer les « procédures collectives » c’est-à-dire les dépôts de bilan. Leurs juges sont des chefs d’entreprise élus, une idée intelligente et juste. Hélas, cette organisation a immédiatement été dévoyée par une incurie bien française : on n’a jamais spécifié ce qu’est un chef d’entreprise ! Du coup, le législateur n’a pas eu à se pencher sur le problème suivant, identique à celui présenté par les juges des prud’hommes : un vrai chef d’entreprise a un emploi du temps si chargé qu’il ne souhaite pas être élu à une quelconque charge trop prenante en dehors de sa société… Il n’est donc jamais candidat à rendre la justice dans un tribunal. De même, il ne cherchera jamais à se faire élire au Bureau du Medef… Les élus sérieux de ces deux institutions sont mathématiquement rares… C’est vraiment dommage car le vrai chef d’entreprise travaille sous le regard de son personnel et en collaboration constante avec lui, personnel qui ne se prive pas de le critiquer ou de le quitter, comme un père vit sous le regard de ses enfants et de sa femme qui ne se privent pas de le critiquer …ou de le quitter un jour. C’est cette critique permanente, positive comme négative, qui lui fait prendre conscience de ses responsabilités et le contraint à s’améliorer. Il peut ensuite juger les autres avec la tolérance nécessaire, et c’est ce qu’il fait dans sa société.

Faute de vrais patrons comme candidats, ils sont remplacés par des personnes de second rang, qui ont le temps, qui ne sont pas de vrais responsables et qui ne sont élus que faute de concurrence : de faux patrons ou des cadres d’entreprise délégués pour représenter leur patron, donc des gens sans pouvoir qui, brutalement, découvrent dans ces puissantes organisations la possibilité d’en avoir à bon compte. Des gens sans responsabilités réelles, qui travaillent sans témoins, ne peuvent que mal défendre les intérêts des sociétés comptant de nombreux salariés. Ils sont plus préoccupés de leur propre intérêt, ils sont vulnérables aux tentations du pouvoir comme à celles du magouillage. Et c’est parmi eux que sont élus les juges consulaires. Voilà l’origine de la corruption dans ces organismes. Mais il ya une autre cause à la corruption des tribunaux de commerce et le président du tribunal de commerce de Nantes Vercelletto le clame lui-même dans les médias : « Les juges se cooptent  » ! Or, la cooptation entre juges est absolument interdite par la loi ! Il faut vraiment être d’une c…ie confondante pour avouer aux médias pareil détournement de la loi ! Vercelletto se vante ainsi de truquer les élections afin que seuls ceux qui lui plaisent deviennent juges ! Comme il n’y a pas de concurrence entre les candidats-juges il ne peut y avoir d’élection valable. Ce n’est plus un tribunal, c’est un club ! Ou plutôt une mafia. C’est ce que clame Antoine Gaudinot dans son livre « La mafia des tribunaux de commerce »…

Publicités