Marié en 1977, j’ai vécu pendant 25 ans sans que m’effleure l’idée qu’un jour je serais un « divorcé » comme tant d’autres… La honte ! Jamais je n’avais imaginé que ma gentille femme demanderait le divorce et que nous nous séparerions après une si longue vie commune, ayant fait et élevé 4 beaux enfants dans une parfaite harmonie. En fait, ses motifs sont financiers. Ma femme n’a toujours pas digéré l’hypothèque secrète faite par le fisc sur une maison lui appartenant à 50 %. Aiguillonnée par sa mère imposée sur la fortune mais qui ne m’a jamais aimé (la belle-mère, quoi..), elle supporte de moins en moins d’utiliser sa (petite) fortune personnelle pour participer aux dépenses du foyer, ce qui est pourtant son obligation d’épouse mariée « pour le meilleur et pour le pire ».

A sa décharge, il faut bien dire qu’avec toutes les tuiles qui me tombent dessus année après année, elle a bien tenu le coup jusqu’à aujourd’hui… Mais cette année, elle me l’avoue, elle ne croit plus en mon avenir d’inventeur. Nous avions tant rêvé de la réussite de mon entreprise et de la diffusion mondiale de mon invention « géniale » ! Un jour, dans un accès de fureur, elle parle divorce… Quand elle recommence quelques temps après, je comprends alors que ça devient sérieux. Je lui réponds que j’ai bien compris qu’elle ne m’aime plus et que dans ce cas elle peut divorce quand elle veut, je suis d’accord... Elle me regarde, abasourdie, et se tait. Elle a vu que je suis sincère. Mais ensuite ses crises de colère sont de plus en plus fréquentes, devant les enfants, et ils nous poussent eux-mêmes à nous séparer pour retrouver la paix… C’est ainsi que fut décidé le divorce, à la majorité des votants… 

Mes dépôts de bilan, ma ruine, mon divorce, tout ça je les dois à nos fonctionnaires corrompus et je ne risque pas de l’oublier ! Même si je n’arrive pas à les haïr comme je devrais. Ce sont des médiocres qui abusent d’un pouvoir qu’ils ne méritent pas et qui ne se rendent pas compte. « Mon Dieu, pardonnez-leur car ils ne savent pas ce qu’ils font… » Par contre, une idée fixe s’ancre en moi : ce système malhonnête doit disparaître, cette nomenklatura corrompue doit être dissoute, l’irresponsabilité et l’impunité ne doivent plus être les fondements de notre démocratie.

D’où ce blog…

Publicités