I – Landon falsifie mes propos pour mieux pouvoir refuser ce que je lui demande

Comme je vous en avais avisé dans mon article « Pascal Koerfer, avocat de ma mère (87 ans), complice actif des abus de faiblesse qui ont abrégé sa vie » j’ai demandé par deux fois au bâtonnier de Versailles dont il dépend, Frédéric Landon, de le sanctionner et de le déporter (c’est à dire de l’obliger à se dessaisir comme avocat de mon frère et ma sœur) afin qu’il cesse de nuire à ma mère et à moi-même. La 1ère fois, Frédéric Landon s’est fendu d’une demi-page pour me dire qu’il ne voyait aucun conflit d’intérêt dans le fait que Koerfer ait été avocat de ma mère de son vivant puis celui de mes frère et sœur après sa mort… Une falsification malhonnête car ce n’était pas mon propos. Aussi lui ai-je réécrit en lui mettant cette fois-ci les points sur les « i », c’est à dire en développant une argumentation « mathématique » impossible à réfuter démontrant la nécessité de ce déport pour avoir une chance de retrouver la paix familiale. Ci-dessous mon courrier et ensuite sa réponse reçue le 25 novembre 2014.

Réponse JP au bâtonnier de Versailles cf Koerfer0001 Réponse JP au bâtonnier de Versailles cf Koerfer0002 Réponse JP au bâtonnier de Versailles cf Koerfer0003

2ème réponse du bâtonnier de Versailles cf Koerfer

II – La volonté de Frédéric Landon de protéger Koerfer envers et contre tout est manifeste

Ce courrier a été très probablement adressé a posteriori à son protégé par Landon pour les besoins du procès en diffamation :

Bâtonnier Landon classe en refusant d'entendre Koerfer !

Ce courrier est la seule défense qu’a pu présenter Koerfer au procès ! Vous noterez la précaution oratoire de Landon : « je crois comprendre », similaire à son « il ne me semble pas contraire à la déontologie… » de sa lettre du 22 juillet. Cet homme pense qu’il peut mentir comme un arracheur de dents du moment qu’il est flou dans ses affirmations. Or, un bâtonnier n’est pas payé pour rendre des décisions approximatives. Il rend de vrais jugements et si l’on n’est pas d’accord, on va… en cour d’appel ! Comme s’il était juge. En fait Landon a compris bien autre chose que ce qu’il avance avec tant de précaution oratoire. Les deux courriers que je lui ai adressés (repris dans ce blog) étaient suffisamment longs et explicites, structurés autour de la fameuse argumentation en quatre points décrite dans cet article. Il ment encore quand il prétend informer Koerfer de ma réclamation seulement le 21 novembre 2014 et ne pas avoir besoin de ses précisions alors que cela fait cinq mois qu’il est en contact avec lui sur cette affaire comme le montre sa lettre du 10 juin 2014 ci-dessous. Il déclare même dans sa lettre du 22 juillet 2014 dans laquelle il refuse le déport de Koerfer : « De vos explications et de celles que j’ai recueillies de Maître Koerfer » ! Il est donc bien en relation suivie avec lui bien avant le 21 novembre 2014.

Voilà comment Frédéric Landon, un bâtonnier pourri de plus, est pris en flagrant délit de complicité avec un avocat accusé de fautes graves et incapable de s’en défendre au point qu’il finira par démissionner de lui-même…

Comme je l’ai dit par ailleurs dans mon blog (je ne sais plus où…) le bâtonnier est automatiquement complice de ses collègues car ce sont eux qui l’ont élu. Or, il est nommé pour arbitrer les conflits entre clients et avocats de sa juridiction. C’est ainsi que, contrairement aux intérêts de la société, il donne invariablement raison à ses collègues. C’est la même chose chez les notaires où leur représentant, le président des notaires du département, est élu par ses collègues. On ne peut pas compter sur lui pour les sanctionner.

C’est ça la France et les « professions réglementées » qui font grève comme les pires des syndicats. Comme eux, elles sont corrompues car elles se savent protégées par un système qui les autorise à pratiquer l’injustice…

.

Publicités