Archives de la catégorie informatique

I – PETITE PIQÛRE DE RAPPEL…

Mon blog, je le rappelle pour qui arriverait sur cet article sans avoir consulté le sommaire, c’est le parcours d’un chercheur et chef d’entreprise du privé en butte à la corruption quotidienne des administrations en France. Dès mon premier article « 1986 – 1ère surprise : pour la recherche universitaire française, la recherche privée est une ennemie qu’il faut abattre » le ton est donné : ayant fait une découverte scientifique financée par mes propres deniers, je deviens immédiatement un « concurrent » des chercheurs universitaires bien que leur rôle soit d’être mes partenaires.

Mais, si vous croyez avoir affaire seulement à la bêtise humaine, vous vous trompez gravement.  Ces gens-là sont DANGEREUX ! Sans le savoir, vous avez mis le pied dans une fourmilière de fonc(tor)tionnaires qui ont tout le temps de conspirer contre vous, utilisant l’appareil de l’Etat pour vous nuire jusque dans votre vie privée. Pour eux, irresponsables, c’est une forme de sport jubilatoire contre un pauvre type qui les humilie mais pour vous, seul contre tous et sans défense, à force d’années de persécutions, cela peut vous conduire au suicide…

Si vous croyez que j’exagère, voilà un bref résumé de ce que vous pourriez subir dès que, par votre intelligence, vous faites de l’ombre aux chercheurs universitaires. Voilà comment ça se passe. Sans que la moindre déclaration de guerre ne vous ait été signifiée, vous vous retrouvez :

  1. interdit des subventions, financements et promotion pour la recherche pourtant dédiés au privé (Voyez cette page)
  2. interdit des colloques scientifiques qui vous feraient connaître
  3. interdit de parution dans les médias officiels qui vous feraient connaître à l’étranger (lesquels ne présentent que la science officielle, c’est-à-dire celle des universitaires)
  4. interdit de crédit impôt recherche (le fisc vous reprend même brutalement celui qu’on vous a versé pour couler votre société, causant votre dépôt de bilan)
  5. le fisc fait hypothèque secrète sur votre maison (voyez cette page) si bien que lorsque vous la vendez pour payer vos créances générées par les agressions étatiques, nourrir votre famille avec 4 enfants et faire vivre votre société, il ne vous reste plus rien (imaginez le drame : plus de maison, plus d’argent, plus de salaire –> dépôt de bilan !)
  6. votre société étant devenue difficile à couler car elle est soutenue par des investisseurs connus, le président du tribunal de commerce de Nantes crée – « sur commande d’un puissant » – un faux dossier à charge contre vous avec quelques complices fonctionnaires qui vous accuse de vous être enrichi frauduleusement (voyez cette page) puis vous condamne à l’interdiction de gérer pour 10 ans (voyez cette page– deux fois plus que Tapie ! – causant un troisième dépôt de bilan. La corruption des juges français n’étant pas un vain mot, ce faux dossier grossier est confirmé en appel puis en cassation sans jamais chercher à démontrer la faute de gestion !
  7. si vous allez en justice pour récupérer vos biens et vos droits, vous êtes condamné par les juges au maximum possible, si bien que vous vous retrouvez ruiné, en surendettement et que votre femme, lassée, demande le divorce.
  8. Vous vous retrouvez expulsé de votre domicile et vos plaintes pour forfaiture auprès du procureur de la république contre un des juges qui ont commis ce forfait en falsifiant les faits restent lettre morte (voyez cette page).
  9. quoique ruiné, chômeur et divorcé, le fisc vous envoie les huissiers pour percevoir 30 000 € d’intérêts de retard sur un crédit d’impôt recherche qu’il n’a pas versé (voyez cette page
  10. vous subissez quelques taquineries amusantes destinées à pimenter votre existence :
    • Cofidis, organisme de crédit bien connu, verse anonymement 2 300 € sur votre compte en découvert… que le fisc vient prélever aussitôt ! Vous voilà dans l’incapacité de rembourser, en crédit interdit car vous avez un dossier de surendettement, et condamné par la justice à rembourser l’intégralité de la somme, Cofidis étant condamné à payer… 500 € ! Voyez cette page.
    • si vous portez plainte contre un escroc avéré, le juge lit un livre devant toute l’assistance pendant que vous présentez votre défense pour bien montrer qu’il n’en a rien à cirer puis vous condamne, vous ! L’escroc est légitimé dans ses crimes. Voyez cette page
    • Votre nom est mis à l’index dans Wikipédia : effacement systématique dans cette encyclopédie de toutes les mentions de votre nom, de vos recherches, de vos inventions, de votre entreprise, de vos publications, de votre existence même ! Voyez cette page
    • Un juge donne en secret la tutelle de votre propre mère à votre pire ennemi : voyez cette page.
    • Un organisme d’Etat subventionnant la recherche des PME (ANVAR) vous dit qu’il vous accorde une subvention si vous embauchez un directeur de recherche et vous la refuse quand vous l’avez fait. Voyez cette page.
    • l’association professionnelle à laquelle vous cotisez et qui défend vos intérêts adresse deux courriers officiels à la revue Science et Vie dans laquelle vous venez de publier un article et réclame son retrait en vous accusant d’être un charlatan ! (AFIA, voyez cette page). 

Et ceci n’est qu’un extrait de ce que j’ai subi ! Avouez que c’est drôle. Les fonctionnaires n’ont décidément qu’une seule vraie compétence : f… la m… !

II – 30 ANS PLUS TARD… PAS DE CHANGEMENT !

Ces agressions interminables, commencées en 1987, durent toujours aujourd’hui (avril 2017) ! Et rien ne laisse espérer un changement. « L’association professionnelle à laquelle vous cotisez et qui défend vos intérêts » dont je parle plus haut, à savoir l’AFIA, en est le plus éclatant exemple. Elle représente la totalité des grands organismes de recherche d’Etat : CEA, CNRS, INRIA, IRI, IMAG, etc.

De temps en temps, je constate que son équipe dirigeante a changé, je me dis qu’ils m’ont oublié. Je leur adresse un timide mail pour présenter à nouveau mon entreprise et ma technologie IA pour voir avec eux quelles sont les synergies possibles. Peine perdue, on ne me répond pas. D’ailleurs, on ne m’autorise aucune publication ni aucune intervention dans un colloque, on ne cite ni mes recherches, ni mes découvertes, ni mes théories, ni mes installations en clientèle ni mes récompenses à l’étranger.

Ma technologie IA, la seule qui marche aujourd’hui, française de surcroît, est superbement ignorée depuis 1987. Mais l’AFIA continue crânement chaque année à me réclamer ma cotisation…

Prix awards.ai 2017

Prix 2017 awards.ai

awards.ai 2017 for 'AI achievement'

Le prix américain que je viens de recevoir, récompensant ma société Tree Logic

« Pour le fun » comme on dit chez les mecs branchés, voilà les noms des universitaires qui m’ont écrit en tant qu’AFIA sans jamais s’intéresser à mes travaux en IA :

  • Yves Demazeau (president@afia.asso.fr)
  • Lorène Allano (lorene.allano@cea.fr)
  • Marie Carol Lopes (Marie-Carol.Lopes@inria.fr
  • Jeremy Mary (qui me remercie en juin 2005 de mon chèque d’adhésion à l’AFIA
  • Michèle Sebag (Présidente de l’AFIA) 01.69.15.66.26
  • Olivier Teytaud, Teytaud@lri.fr
  • Eunika Mercier-Laurent (eml@wanadoo.fr)
  • Jean-Claude Rault (raultje@wanadoo.fr)
  • Gerald Petitjean (gpj@axlog.fr)
  • Carole Adam (IMAG) (carole.adam@imag.fr)
  • Sylvie Briquet-Martin, AFIS (info@afis.fr,)
  • Boissier (secrétaire AFIA)
  • Marc Schoenauer@inria.fr (marc.schoenauer@inria.fr).

Vous pouvez leur dire de ma part tout le bien que je pense des pseudos chercheurs du public qui cachent au même public les inventions intéressantes faites par les autres. Peut-être à vous ils répondront…

III – YVES DEMAZEAU, FUTUR PRÉSIDENT DE L’AFIA, AVOUE ETRE MOINS COMPÉTENT QUE MOI EN IA MAIS M’INTERDIT DE PUBLIER (2008) !

Voici la liste de mes contacts avec l’AFIA :

1991 – J’écris dans Science et Vie un article de 16 pages sur l’état de l’art en IA : « Du zéro pointé au Zéro Plus« . A peine paru, l’AFIA et l’INRIA adressent deux courriers officiels sanglants à la revue lui demandant de tout effacer. Le premier est signé d’Odile Paliès, la co-développeuse de Pandora, le système expert génial qui m’a inspiré ! Elle parle de « pseudo-discours scientifique » et clame : « Oui, Monsieur de Lespinay, les chercheurs se désintéressent des systèmes comme Pandora et les qualifient à juste titre, de dépassés » ! L’Afia reproche à Science et Vie la « bien piètre image » qu’elle donne de l’IA et m’insulte carrément en me traitant de charlatan. Voyez cette page de mon blog.

2005 – Je demande à l’AFIA d’être destinataire des appels d’offres « Intelligence Artificielle ». Olivier Teytaud me répond que ne sachant pas ce qu’est l’IA il ne voit pas bien où caser mon offre… En 2005 l’AFIA avoue donc ne pas savoir ce qu’est son fonds de commerce et ne rien pouvoir faire pour moi ! Voyez cette page de mon blog :

2006 – C’est l’année à marquer d’une pierre, celle où Mme Eunika (Dieu que j’aime ce prénom !) Mercier Laurent, membre éminent de l’AFIA, m’explique « amicalement » pourquoi son association – qui est aussi la mienne – ne peut me soutenir :

Bonjour,
Je connais bien votre parcours IA.
Cette journée est consacrée à la recherche. L’objectif est de faire connaitre nos recherches en IA à nos politiques, decideurs des subventions pour la recherche
et la enfin presse qui semble etre arretée sur les recherches des années 80
Il y aura plus tard (l’année prochaine) une journée industrielle, alors les organisateurs feront certainement appel à vous.
Amicalement
Eunika

Petite analyse :

  • «  Cette journée est consacrée à la recherche » signifie clairement que, quoiqu’elle « connaisse bien mon parcours IA » elle juge que je ne peux y être convié. Selon elle, donc selon l’AFIA, moi qui ai derrière moi 20 ans de recherche et de découvertes en IA récompensées par des prix, je ne fais pas de recherche.
  • «  L’objectif est de faire connaitre nos recherches en IA à nos politiques, decideurs des subventions pour la recherche » : « nos » recherches… signifie pas les miennes. On n’est pas du même monde. Les universitaires fonctionnaires ont le droit d’organiser des congrès avec mon pognon de contribuable pour solliciter pour eux l’argent du contribuable et des sponsors destiné à la recherche dans mon domaine, mais pas moi.
  • « la presse qui semble être arrêtée sur les recherches des années 80″ Ca, c’est très drôle ! Elle parle là de mes recherches, qui se sont inspirées des résultats universitaires géniaux des années 1980. Par la suite, les membres de l’AFIA n’ont cessé de faire des pseudos recherches sur des théories fumeuses sans le moindre avenir qui ont mené cette association au bout de l’absurde : en 2005 elle avoue ne plus savoir ce qu’est l’IA !!! (voyez cette page). Même l’inventeur de l’IA géniale des années 1980, Jean-Louis Laurière, se faisait hara-kiri en décidant de la cacher au monde, tout occupé à tenter de faire compliqué : Jean-Louis Laurière, l’homme qui voulait qu’on ignore son invention. Mes recherches issues des « années 80 » ont passionné la presse : voyez ces articles. Cela pour une excellente raison : ce sont les seules qui marchaient et tournaient en entreprises.
  • « Il y aura plus tard (l’année prochaine) une journée industrielle, alors les organisateurs feront certainement appel à vous. » Voilà ma place selon l’AFIA : relégué parmi les industriels, des clients de l’AFIA. Ce sont ceux qui viennent solliciter humblement les lumières de nos universitaires en intelligence artificielle, alors qu’ils avouent eux-mêmes ignorer ce que c’est !

2008 – Je tente cette année-là de proposer un article sur l’IA à une revue universitaire qui vient de faire un « appel à publications », sans savoir qu’elle dépend de l’AFIA… C’est un massacre ! L’un des membres du jury, Laurent Vercouter, trouve pourtant mes découvertes intéressantes. Hélas, un autre, un inculte, un imbécile fini qui n’a jamais rien produit en IA et ne sait probablement même pas ce que c’est (comme les autres), Yves Demazeau, fait obstruction. Il oppose son veto absolu à la publication de mon exposé : « article définitivement peu utile, inacceptable, sans apport nouveau, insuffisant, à rejeter » ! Vercouter s’efface…

Si je le traite d’inculte, ce n’est pas à la légère. En effet, comme je proteste devant son appréciation pour le moins sommaire de mon travail, ce chercheur issu des plus hautes sphères de l’Education Nationale commet ce mail (extrait) :

« Le reste de vos propos est déplacé par rapport à notre rôle d’éditeurs du numéro spécial. De chercheur à chercheur, et sans craindre un ennemi de plus, ils restent susceptibles pour moi de faire l’objet d’une discussion ou d’une correspondance privée si les sujets que vous évoquez l’étaient sans amertume ni aggressivité, et si je me sentais au niveau de pouvoir vous répondre de manière constructive pour faire avancer la recherche et la façon dont je l’exerce. Mais ce n’est pas le cas. »

Ça, c’est de la langue françoise ! Par ailleurs, vous noterez que dans sa deuxième phrase à la Proust, qui est aussi l’avant-dernière, il avoue ne pas être de mon niveau en IA pour pouvoir discuter avec moi. Par contre, il a le pouvoir de m’empêcher de publier pour « apport inutile et insuffisant » ! Il se trouve que cet imbécile fini a été promu président de l’AFIA en 2017 ! Comme quoi il y a vraiment pénurie de candidats dans cette association !

Et on dit qu’au royaume des aveugles les borgnes sont rois…

2011 – Le 23 décembre 2011, je paie ma cotisation 2012 à l’AFIA. Plus de nouvelles de leur part jusqu’au 15 mars 2012, date à laquelle ils me demandent de renouveler ma cotisation pour 2012 ! Demande répétée le 16 avril 2012, puis le 15 mai 2012, puis le 18 juin, puis le 16 juillet, puis le 16 août, puis le 18 septembre !!! Rien d’autre à me dire… L’AFIA ne sait pas ce qu’est l’IA mais par contre elle sait ce qu’est le pognon ! Aucun mail ne m’invite à me présenter, à décrire ma R&D ou mon business, et cela jusqu’à aujourd’hui (avril 2017).

2017 – 16 mars : Yves Demazeau, devenu sensationnel président de l’AFIA, m’adresse un mail pour m’inviter personnellement à assister à « la présentation du rapport de la stratégie #FranceIA« . Je lui écris par retour :

Monsieur Demazeau, 

Vous vous souvenez surement de moi puisque vous avez été contraint de refuser mon article dans la Revue IA sur mes découvertes en IA raisonnante il y a environ dix ans. Comment voulez-vous que je cotise à l’Afia et porte le moindre crédit à une “stratégie française en l’IA” alors que votre association fait tout pour tuer la “concurrence” privée, au mépris total de l’intérêt de notre pays ? 

Je porte à votre attention que je viens de recevoir le prix américain awards.ai dans la catégorie “AI Achievement” (Tree Logic). Quelqu’un de l’Afia a-t-il eu un honneur international équivalent ? 

Le comportement de votre association qui refuse depuis 25 ans de soutenir une technologie franco-française est un scandale et même une forfaiture car l’argent qui nourrit l’Afia est celui du contribuable, qui paie pour être informé. 

Désolé de devoir vous dire cela et salutations. 

Jean-Philippe de Lespinay

D’accord, j’aurais pu faire plus délicat… Mais je n’aime pas les médiocres qui abusent de leur pouvoir. Et puis j’espère le piquer au vif et enfin avoir une réaction personnalisée. Hélas, pas de réponse. Le 27 mars il récidive en m’adressant un appel à communication pour la journée « EIAH&IA 2017 ». Je lui réponds « Merci, M. Demazeau, pour votre réponse à mon mail ! » Toujours aucune réaction.

 

Bonne année 2015 à tous !

Quand dans le titre je dis « génie », oui c’est immodeste. Mais en fait, c’est pire encore : c’est sincère ! Car mes idées, frappées au coin du bon sens et héritées d’une vie de souffrances injustes dues au « système », on ne les trouve nulle part ailleurs qu’ici. On trouve bien ça et là des tentatives de projets de réforme de la justice mais ce ne sont que cautères sur jambes de bois, des propositions sans imagination de bureaucrates juste préoccupés d’ajouter de nouvelles lois aux anciennes et de leur donner leur nom.

C’est d’autant plus exaspérant quand elles émanent de « think tanks » comme Contribuables Associés qui sont censés signaler les failles de notre système mais les cachent en fait à leurs sympathisants. Ceux-là ont les moyens de se faire entendre car ils sont financés par de grands groupes, ils se font passer pour des défenseurs intègres du citoyen mais collaborent par exemple avec le Parlement, se gardant bien de signaler que c’est LE foyer de la corruption hexagonale. Ils refusent de faire paraître dans leurs pages les preuves de la perversion de nos administrations pour ne pas fâcher leurs copains. Je rappelle que le Parlement a modifié plusieurs fois notre constitution en secret, contre l’intérêt des Français ses électeurs, constitution pourtant modifiable seulement au suffrage universel. Il s’agissait d’accroitre sa mainmise sur notre pays et sur l’Europe. Comme toujours dans le plus grand silence des médias pourtant au courant.

En France, il faut être malhonnête pour chercher à se faire élire ! Le but d’un candidat à l’élection n’est pas la défense de ses électeurs, qu’il sait impossible dans un hémicycle où 577 députés et 348 sénateurs braillent à tout va sans espoir de se faire entendre (ou dorment…). Il est d’œuvrer avec les autres sans distinction de partis pour garder les privilèges de tous sur le petit peuple, pour inventer les lois qui leur épargnera les rigueurs de la justice, du coup réservées au petit peuple. C’est ça notre « élite ». On ne s’étonnera pas qu’un tel système nous conduise à la pire des médiocrités. A Hollande. Du l’autre côté de la barrière, il faut être malhonnête ou naïf pour ne pas voir cette corruption de notre « législateur », corruption dont la plupart des Français sont conscients… sauf Contribuables Associés et consorts.

C’est une évidence que la voie de la vraie démocratie passe obligatoirement par une vraie justice. L’une ne peut exister sans l’autre !

Voilà donc ce que j’entends vous démontrer :

  • pour une justice juste, faire de laprévention (90 % des procès évités !)
  • la justice n’a pas besoin d’avocat
  • la justice a besoin de bons juges, donc non fonctionnaires et embauchés en CDI
  • pour qu’un juge soit bon le justiciable doit pouvoir le choisir, le juger, le révoquer et le récompenser
  • la justice doit être immédiate et rien d’autre ne l’en empêche que la mentalité du fonctionnaire
  • pas de peine interdite, toutes les peines sont envisageables
  • suppression du Législateur

A vous de juger maintenant !

I – 1ère idée de génie pour une justice juste : faire de la prévention (90 % des procès évités !)

Vous allez me dire : comment fait-on pour juger un conflit avant qu’il ait eu lieu ? La réponse c’est que, d’abord, il ne s’agit pas de juger mais de (ré)concilier. Juger c’est le plus souvent condamner, avec le risque inévitable d’injustices et d’ajouter la rancœur aux dommages. Ensuite il paraît en effet difficile de résoudre les conflits potentiels avant qu’ils ne se déclenchent. Cela n’a pourtant rien d’impossible, les parents font ça tous les jours avec leurs enfants. Une vraie démocratie saurait résoudre ce problème. Il est très facile de traiter les conflits au moment où ils apparaissent, quand ils sont encore tout petits et aisés à comprendre. Plus tard, faute d’avoir été arrêté, le fautif s’est tellement enfoncé dans les abus et les agressions qu’il aura peur de l’étendue des réparations qu’il devra consentir et refusera de reconnaître ses torts, la première condition pour faire la paix

Comment la justice peut-elle détecter un conflit naissant? Elle n’a pas à le détecter, c’est un plaignant qui la saisit car il pressent que ça va empirer et qu’il va en souffrir. Quand mon frère a porté plainte contre moi, son propre frère, il l’a fait sans préavis alors que nous nous entendions parfaitement bien. Ses motifs étaient cachés depuis des années car inavouables (la jalousie). Je ne pouvais pas le prévoir. Un conflit entre nous venait de naître et il était facile à régler. Pas par un personnage important et super-occupé comme un juge mais par un arbitre professionnel « pris dans la rue ». Quelqu’un de simplement intelligent et calme, qui a le sens de l’écoute. Un altruiste heureux de parvenir à concilier des positions apparemment inconciliables comme il y en a beaucoup. On pourrait appeler ces gens-là des conciliateurs, tout bêtement.

Quel serait le degré d’efficacité des conciliateurs ? Énorme ! L’histoire récente l’a bien montré : chez les Prud’hommes – tribunaux qui jugent les conflits entre patrons et employés en présence d’un représentant des patrons, d’un représentant des employés et d’un juge professionnel – où la tentative de conciliation est obligatoire avant tout procès, 90 % des procès évités et le plus souvent au détriment des patrons ! Mais c’était au 19ème siècle. Aujourd’hui, délabrement à la française oblige, c’est l’inverse : seuls 10 % des conciliations aboutissent. Probablement pour cause de déshumanisation générale de la justice, entre les mains de juges fonctionnaires irresponsables, mais aussi parce que les patrons ne sont plus contraints de rencontrer leurs employés. Ils se font représenter au tribunal par des cadres sans réel pouvoir qui ne peuvent pas prendre à cœur l’intérêt d’une entreprise aussi bien que le ferait un patron. Et en face on a des syndicalistes professionnels purs et durs incapables de prendre à cœur l’intérêt à la fois du salarié et de l’entreprise.

Par nature cette justice préventive est rapide, efficace, humaine et peu coûteuse. C’est elle la vraie justice « de proximité ».

II – 2ème idée de génie : la justice n’a pas besoin d’avocat

Dans ma vie professionnelle, j’ai milité sans arrêt pour la suppression de l’intermédiaire informaticien dans le monde de l’informatique, inventant les outils pour que vous et moi puissions programmer plus vite et mieux qu’eux. C’est ce qui m’a d’ailleurs valu tous mes ennuis relatés dans ce blog… L’informaticien est un intermédiaire qui fait perdre un temps fou lors du développement des logiciels et des nouveaux ordinateurs car il ne comprend pas ce qu’il a à faire et dispose d’une méthodologie qui n’a pas changé depuis 1950 ! Elle n’a pas changé car c’est aussi un intermédiaire qui organise la désinformation pour se rendre incontournable.

Pour l’avocat c’est exactement pareil. C’est un intermédiaire qui dénature le message originel de son client, lui impose des délais insupportables et lui coûte cher. Le client peut avoir des exigences envers son adversaire parfaitement acceptables et plus faibles que celles imposées par son avocat. Par exemple il peut souhaiter simplement la reconnaissance par la justice qu’il a raison dans le conflit, recevoir de simples excuses et l’engagement de ne pas recommencer de la part de son adversaire.

La profession d’avocat a très mauvaise réputation. Pour beaucoup, l’avocat est un faux ami inefficace, irresponsable et menteur. On ne compte plus en France les associations anti-avocats. Avocat rime même avec « véreux ». Voyez dans mon blog Koerfer, Peignot, Chaigneau, Villatte, Maillard, Gizard, Landon. Et maintenant Muriel Bonnot, qui m’a menti effrontément et fait perdre beaucoup d’argent dans un procès en « oubliant » de traiter les 2/3 du dossier. Mon conflit avec elle est entre les mains d’un autre avocat qui a demandé au bâtonnier son arbitrage. Mais – là encore ! – celui-ci fait la sourde oreille. Je vais donc consacrer à Mme Bonnot un article spécial dans mon blog. Cela y fera un avocat véreux de plus…

L’avocat est inutile dans la justice préventive qui n’a besoin que de conciliateurs mais il l’est aussi dans la justice curative, l’étape suivante quand le conciliateur a échoué. Le juge dispose déjà du dossier du conciliateur avec ses recommandations et suggestions, autrement plus sincère, intelligent et précis qu’un dossier d’avocat ! Il est également assez grand juriste pour statuer sans avoir à souffrir le passage obligé des discours et effets de manche des avocats.

III – 3ème idée de génie : la justice a besoin de bons juges, donc non fonctionnaires et embauchés en CDI

Quand le conciliateur a échoué dans sa tâche préventive, il sait pourquoi. Il est libre alors de transmettre – ou de ne pas transmettre – le dossier à la justice « curative » pour faire cesser le conflit de force. S’il ne le transmet pas, il laisse donc ce soin à un des deux plaignants.

Il ne lui manque plus pour être « bon » qu’un certain profil, à l’opposé de celui du fonctionnaire bien entendu car juger c’est être responsable. J’aimerais vous montrer par l’exemple ce qu’est un bon juge. Voici la profession de foi de Rekhmirê, un juge égyptien vizir de Thoutmosis III, qui date de 4 000 ans :

« J’ai jugé de la même manière le pauvre et le riche, j’ai réprimé celui qui était avide. J’ai fait passer le mauvais moment de celui qui avait le cœur furieux, j’ai arrêté les pleurs en les changeant en consolation. J’ai défendu les veuves parce qu’elles n’avaient pas de mari, j’ai rétabli le fils comme héritier (…). J’ai donné du pain à l’affamé, de l’eau à celui qui avait soif, de la nourriture, des onguents et des vêtements à celui qui n’avait rien. J’ai secouru le vieillard en lui donnant mon propre bâton, et en faisant que la vieille femme dise : « Quelle bonne action ! ». Je haïssais l’iniquité et ne la pratiquais pas. Même lorsque je jugeais de graves affaires, je faisais sortir les deux parties en paix. Je n’ai pas perverti la justice en échange d’un cadeau, je n’étais pas sourd pour celui dont la bourse était vide. »

Avouez que c’est émouvant ! Et rassurant de voir qu’il y a quatre millénaires, on savait déjà clairement que la justice devait être rendue « chrétiennement » : sans blesser inutilement, en réconciliant autant que possible les deux parties afin de les laisser partir « en paix ». Nos juges d’aujourd’hui l’ignorent !

En tant que vizir, Rekhmirê était presque l’égal du pharaon. Il régnait sur la moitié de l’Égypte. C’était un « patron », quelqu’un de puissant et de riche. Comme un roi – le meilleur des chefs d’État soit dit en passant – il ne doutait jamais de sa légitimité et ne craignait personne. Il ne lui restait qu’un motif de satisfaction : par son excellence mériter l’affection et le respect de ses sujets. Le bon juge qui lui ressemble le plus dans notre société actuelle, c’est un patron. Hélas, celui-ci est souvent déjà pris par son entreprise. Mais s’il accepte de la quitter pour faire ce travail, c’est merveilleux ! Car la profession de juge est la plus importante des professions dans une société. C’est elle qui apaise les conflits, qui apporte du bonheur et surtout qui préserve la vraie démocratie. Car dans la vraie démocratie le puissant et le faible sont jugés de la même façon. Sauf que les abus de pouvoir des premiers doivent être plus sévèrement sanctionnés en vertu du principe que plus le pouvoir est grand plus le devoir est grand.

Faute de patron, il y a une autre catégorie de citoyens parfaitement aptes à juger : les pères de famille parce qu’ils « règnent » déjà sur leurs enfants et qu’il est facile de vérifier qu’ils le font bien. J’ai bien dit « pères » et pas « mères ». On va me traiter de macho mais mon choix est parfaitement réfléchi. La femme est plus impressionnée que l’homme par les menaces d’un justiciable, trop souvent passionnée et incapable de prendre de la distance face à un conflit. L’homme est aussi par nature plus agressif, plus diplomate, plus « intelligent », plus capable d’imaginer des solutions originales. Maintenant, comme dans toutes les populations, il y a des contre-exemples, des femmes plus justes que certains hommes. Je parlais sous l’angle statistique.

IV – 4ème idée de génie : pour qu’un juge soit bon le justiciable doit pouvoir le choisir, le juger, le révoquer ou le récompenser

La première condition pour qu’un juge soit bon, c’est qu’il ne soit pas fonctionnaire. Être fonctionnaire c’est être irresponsable. On est invirable et même pas récompensé pour la qualité du service qu’on offrirait à la société. Un juge doit être choisi pour son esprit de justice (si possible un père de famille), embauché en CDI (contrat à durée indéterminée), payé aux résultats et viré si les justiciables le notent mal. A ces conditions, il donnera le maximum de lui-même.

J’ai bien dit : « si les justiciables le notent mal ». Il est tout à fait légitime que les juges soient jugés à leur tour par les justiciables. Je suis même convaincu que les meilleurs d’entre eux le souhaitent (évidemment, pas les moins bons…). Jugés et récompensés. Car l’un va avec l’autre. Le meilleur des juges doit être le mieux payé, celui à qui l’État donne le maximum de publicité et de moyens pour qu’il embauche des assistants et les forme à sa façon de juger, ce qui en fera des bons juges plus tard. La deuxième condition pour qu’un juge soit bon consiste à ne pas limiter le nombre d’appels. Le juge qui a eu le moins d’appels contestant ses décisions est le plus apprécié des justiciables et donc le plus juste, sans contestation possible. En France, on ne peut pas faire appel qu’une fois. On ne peut pas contester les décisions des cours d’appel ce qui entraîne leur corruption généralisée puisqu’elles ne sont jamais jugées. La cour de cassation ne juge que la forme de leurs jugements, pas le fond, donc pas la justice qu’elles rendent. Voyez les juges d’appel que j’ai cités au chapitre précédent.

La troisième condition pour qu’un juge soit bon c’est de permettre au justiciable (le plus diligent) de choisir son juge, où qu’il soit en France. Les juges doivent être mis en concurrence, comme des consultants privés ! Le juge le plus sollicité est de façon évidente celui qui est considéré comme le meilleur et l’État lui donne les moyens pour traiter rapidement les dossiers qui s’accumulent. Bien entendu, les malfrats auront tendance a choisir les « mauvais » juges mais ça ne posera pas de problème durable pour une vraie justice. En effet, ce ne sont pas eux qui s’adressent les premiers à un tribunal, ce sont les personnes qu’ils ont lésées. Ensuite, s’ils sont condamnés et veulent faire appel, ils vont choisir un « mauvais » juge. Ils seront malgré tout contraints de lui faire la démonstration qu’ils apportent un éclairage nouveau pour que le recours soit acceptable. Si le « mauvais » juge accepte son appel sans éclairage nouveau ou sous un faux éclairage nouveau, puis condamne à tort son adversaire, celui-ci va faire appel à son tour. Là, ça va être grave pour le mauvais juge si un autre juge accepte cet appel, car cela signifie qu’il y a vu un fait nouveau : l’erreur volontaire ou non de son prédécesseur. Il va donc juger, annuler la précédente décision, reprendre la décision du 1er juge d’appel et transmettre ce dossier au ministère de la justice. Aujourd’hui ce n’est pas possible car les juges appartiennent tous à la confrérie des hauts-fonctionnaires et beaucoup à la franc-maçonnerie. Entre corrompus on ne se tire pas dans les pattes. Mais entre juges concurrents dont la plupart sont épris de justice et ont été embauchés pour cette raison, pas d’état d’âme face aux corrompus ! Le ministère de la justice va statuer sur la révocation et/ou la condamnation du « mauvais » juge. Connaissant d’avance les risques, le « mauvais » juge n’a pas d’autre choix que de devenir bon… 

V – 5ème idée de génie : la justice doit être immédiate et d’ailleurs rien d’autre ne l’en empêche que la mentalité de fonctionnaire

On entend souvent des magistrats ou des politiciens dire qu’il n’est pas si mauvais que la justice soit lente, cela lui permet de juger en toute sérénité, les humeurs des belligérants étant apaisées.  C’est une ineptie ! Et pourquoi ne pas juger quand tout est oublié ou après qu’un des adversaires ait assassiné l’autre ?! Il faut tenir compte du principe de l’escalade qui pousse les adversaires à renchérir sans cesse pour se venger des attaques de l’autre. Là encore tournons-nous vers la façon dont nous « jugeons » nos enfants : immédiatement, quand tout est frais, que personne ne peut oublier les prémisses de la querelle et que, tout étant clair pour chacun, la punition (si besoin est) sera acceptée.

Grâce au conciliateur, la justice préventive est la forme la plus immédiate que l’on puisse imaginer pour résoudre un conflit. Et de loin la plus efficace car, bien menée, elle obtient comme on l’a vu plus haut 90 % de réussite. Mais ce n’est pas tout : non seulement elle réduit le travail de la justice curative en ne lui présentant plus que le dixième des cas mais elle lui transmet un dossier clair sur le différend, assorti de suggestions pour faciliter la décision du juge. Le juge n’a plus aucune excuse pour différer le procès qui résoudra la querelle.

Pour que la justice soit immédiate, le juge doit être profondément conscient de ses responsabilités. Or c’est impossible s’il est fonctionnaire, irresponsable par principe puisqu’il est invirable, non récompensable et d’ailleurs même pas condamnable dans notre système pourri actuel. J’ai une longue expérience du problème, voyez dans mon blog mes rencontres avec les juges : Vercelletto, La Tolade, Marie-Gabrielle Laurent, Petit, Philippe Bothorel, Alain Poumarède et Rosine Nivelle, Matrat, Monique Boivin, Rosine Nivelle et Jean-Malo Bohuon, Pavageau, Castagné, Sauvaget, Moignard, Vannier et Segard, Beuzit, Peyrat, Oesinger, Seichel. Cela fait beaucoup en seulement 14 ans ! Et il y en a d’autres que je n’ai pas cités ne sachant pas encore s’ils sont simplement cons, aveuglés par leur esprit de caste ou corrompus…

Qu’on ne me dise pas que les magistrats manquent de moyens et de temps pour juger ! C’est l’excuse-bateau de tous les fonctionnaires depuis des centaines d’années. La loi de Parkinson (1955) énonce qu’un fonctionnaire (puisqu’il n’est pas récompensé par des augmentations de salaire ou sanctionné par un licenciement comme dans le privé) ne prend son pied que s’il parvient à augmenter son pouvoir sur d’autres fonctionnaires : « Un fonctionnaire entend multiplier ses subordonnés, pas ses rivaux » dit notre ami Parkinson. En cela il est soutenu par ses patrons. Devinez pourquoi… Tôt ou tard il va donc réussir. Il se génère un travail fictif sous l’œil attendri de son patron pour aboutir à la saturation qui justifiera l’embauche d’un fonctionnaire sur ses ordres. La France, royaume incontesté du fonctionnaire, est le plus éclatant exemple des effets pervers de cette loi : le quart des salariés appartient désormais à la fonction publique ! On devine la source de notre déroute économique et morale.

VI – 6ème idée de génie : pas de peine interdite, toutes les peines sont envisageables

Seul un juge en possession du dossier accusant un criminel et soucieux de l’exemplarité de sa décision pour le bien de la société peut décider de la peine qu’il mérite. Aucun politicien n’a le droit d’exclure de la panoplie une peine particulière, surtout la peine de mort, car elle peut justement se révéler dans certains cas la solution la plus favorable à la sécurité de nos concitoyens.

Un terroriste qui a tué de sang froid des dizaines de personnes innocentes (pensez à la tuerie de janvier 2015 chez Charlie Hebdo) considère que la vie des autres a peu d’importance et même que c’est un plaisir de les supprimer. Il ne peut que trouver normal que « les autres » décident à leur tour de le supprimer. Il est trop confortable pour lui de savoir à l’avance que le seul risque qu’il court, c’est d’être hébergé en prison toute sa vie, en compagnie de copains criminels comme lui et à nos frais. Il faut trouver plus méchant. De toute façon, cette solution est beaucoup trop chère pour une démocratie comparée à quelques balles en pleine tête. Elle est aussi beaucoup trop dangereuse quand on sait que certains d’entre eux, les terroristes par exemple, ont des copains partout dans le monde qui peuvent pratiquer la prise d’otages et l’assassinat pour obtenir leur libération. Pendant toute leur vie, certains criminels demeurent des dangers pour la société. Donc supprimons leur vie. Leur mort, en urgence, sauvera des vies innocentes en urgence.

Le but de la justice n’est pas seulement de statuer dans un conflit et de sanctionner les coupables, il est aussi d’inciter les autres candidats criminels à ne pas se laisser aller à leurs mauvais penchants. Prenons cet exemple : certains avancent qu’un islamiste ne craint pas la peine de mort car il pense qu’elle lui assurera le paradis d’Allah si elle est la conséquence d’une « bonne » action. Dans ce cas, la sanction n’est pas dissuasive. Il faut donc laisser au juge le choix d’une peine dissuasive pour tous les candidats terroristes islamistes de la planète, qu’il peut inventer lui-même pour l’occasion. Je serais juge d’un tel criminel, je déciderai sa mort dans les jours qui viennent, mais une mort qui effrayera tous les candidats terroristes islamistes car elle rend impur aux yeux d’Allah, retirant tout espoir de paradis. Par exemple, je le ferais périr étouffé sous un cochon lui-même mort étouffé, animal impur par excellence. Sourate 5 du Coran : « Vous sont interdits la bête trouvée morte, le sang, la chair de porc, ce sur quoi on a invoqué un autre nom que celui d’Allah, la bête étouffée, la bête assommée ou morte d’une chute ou morte d’un coup de corne, et celle qu’une bête féroce a dévorée – sauf celle que vous égorgez avant qu’elle ne soit morte -. (Vous sont interdits aussi la bête) qu’on a immolée sur les pierres dressées ».

Un juge, qui connaît bien le criminel, est la personne la plus apte à choisir la peine qui va lui faire mal ou la peine la plus dissuasive pour ses imitateurs. 

VII- 7ème idée de génie : suppression du Législateur !

Aujourd’hui, la loi est faite par les députés, à leur écrasante majorité fonctionnaires et tous corrompus sans exception. Voyez tous les avantages qu’ils se votent et notre constitution qu’ils modifient en secret sans qu’aucun d’eux ne protestent ! Devinez dans quel sens vont nos lois et pourquoi les Français sont le peuple le plus malheureux du monde : « un sondage réalisé en 2011 par BVA et Gallup International, d’où il ressort que les Français sont le peuple le plus pessimiste du monde – plus sombre encore que les habitants de zones de guerre comme l’Irak et l’Afghanistan. » (Courrier International, 2013).

Nous sommes inondés de lois contradictoires pondues presque quotidiennement par des corrompus pour protéger leurs intérêts. Le législateur doit être le gouvernement sous la direction du président, premier magistrat du pays. Un président est quelqu’un de clairement identifié qui peut justifier ses décisions. Pas un conglomérat de 600 élus jamais d’accord entre eux. Un président ne sera pas réélu s’il produit de mauvaises lois, il sera réélu s’il en produit de bonnes. Le Parlement sera toujours composé de 600 personnes interchangeables et irresponsables.

Le parlement nous coûte très cher et dégrade nos conditions de vie. Il est censé révoquer un gouvernement ou un président corrompu mais ne le fait jamais. Et pourtant chaque président depuis Giscard aurait du être révoqué ! Giscard a modifié notre constitution en secret (qui ne peut être modifiée qu’au suffrage universel) avec la complicité du Parlement pour empêcher l’élection de présidents issus de la société civile. Mitterrand a racketté les entreprises et pratiqué l’assassinat en série de tous ceux qui pouvaient le conduire en taule.  Chirac, « Super-Menteur », a pratiqué l’immobilisme à outrance et n’a respecté aucun de ses engagements de candidat, répétant « mes promesses n’engagent que ceux qui les écoutent ». Sarkozy, bien pire menteur que Chirac, a lui aussi modifié notre constitution en secret avec la complicité du parlement pour faire passer la constitution européenne refusée par les Français au suffrage universel ! Quant à Hollande, 80 % des Français n’en voulaient plus un an après son élection mais il ne voit aucune honte à rester au pouvoir et continuer à occuper le palais de l’Élysée à nos frais… Il est clair que nous ne sommes pas en démocratie, que le Parlement est complice de cette énorme corruption de nos gouvernants et maintient contre notre gré ces criminels au pouvoir. Il est donc de salubrité publique de le supprimer.

Si le législateur était le président élu et son gouvernement, les lois pourraient naître ou être abrogées instantanément donc coller à l’évènement et résoudre les nouveaux problèmes qui se posent. Un exemple : aujourd’hui nous souffrons du terrorisme. Mais pourquoi en fait ? Parce que nous lui faisons de la publicité !  Que vaut une prise d’otages ou un massacre dont on ne parle pas ?les auteurs 

VIII  – Conclusion : la justice SOURCE DE PROFITS !

Il ne faut pas voir la justice que comme un outil de résolution des conflits ou comme un outil pour mettre fin à nos souffrances, elle est beaucoup plus que cela. La véritable justice est surtout le meilleur mode de gouvernement possible, le moteur de toute vraie démocratie (qui n’existe encore nulle part au monde) et un outil économique très puissant. Une vraie justice génère automatiquement des profits. En effet, ce qui coûte cher à la société, c’est les conflits qui n’ont pas été arrêtés à temps, les prisons-écoles du crime tout à fait inefficaces et tout le personnel qui gravite autour, les tribunaux à l’allure de dinosaures incapables de se réformer, le système judiciaire bourré de fonctionnaires inutiles et exploitant la justice dans leur intérêt personnel avec le concours des loges maçonniques.

Notre système, c’est l’inhumanité d’une société française qui ne reconnaît pas de mérite à ceux qui font du bien aux autres. Difficile de calculer le coût des conflits en France, il faudrait une étude approfondie dont je suis incapable. Mais ce sont eux qui font que le Français n’a pas bonne réputation dans le monde et qu’il n’est pas heureux. En évitant 90 % des procès la justice préventive éteint 90 % des conflits. Ce serait le bien-être assuré pour les Français. Et une société qui se sent bien a automatiquement une économie qui se sent bien.

Une vraie justice protège également l’innovation, donc le progrès dont nous bénéficions tous. Aujourd’hui il est drastiquement freiné. J’en sais quelque chose, moi qui suis empêché depuis 28 ans de proposer aux Français mon invention, un logiciel qui rend l’ordinateur intelligent. En économie comme en science, le statu quo est maintenu par les puissants, le progrès est poussé par les petits innovateurs. Les puissants étant toujours plus forts que les petits et soutenus par un plus grand nombre d’avocats (véreux) c’est à la justice de rétablir la balance dans l’intérêt même de la société.

Les plus fantastiques exemples de paralysie économique de la planète toute entière au profit de quelques entreprises se trouvent aux États-Unis. C’est le pays où des sociétés tombées par hasard sur une niche peuvent se transformer en quelques années en monopoles mondiaux, grâce à l’étendue et à la richesse de son marché (5 fois la France !) et sa maitrise de la langue anglaise qui domine le monde. Ces sociétés arrivées par hasard au sommet sont en fait incapables d’innover réellement. Il apparaît plus cher pour leurs propriétaires ou actionnaires de financer une R&D que de paralyser la concurrence par des pratiques illicites. C’est donc par elles qu’ils empochent le maximum de fric.

Cette politique de l’obstruction mène à des fortunes incroyables comme celle de Bill Gates, l’homme le plus riche du monde, qui vend par milliards son Windows, jusqu’à 600 € pièce alors qu’il vaut objectivement quelques Euros au maximum (ce qui fait tout de même quelques milliards de chiffre d’affaires). L’argent que vous auriez mis dans l’amélioration de votre vie va dans la poche d’un homme malhonnête qui n’a aucun sens de l’innovation et encore moins de l’intérêt général. Cet argent sera perdu…

Le blocage de la concurrence est une pratique facile à imposer quand on contrôle plus de 50 % du marché mondial. Du temps de sa splendeur, dans les années 1970-80, le bénéfice d’IBM était supérieur au chiffre d’affaires de son concurrent direct ! C’est dire sa puissance. Cela sans innover. IBM est une habituée des abus de position dominante, jusqu’à aujourd’hui. Elle s’est maintenue en tête par une qualité de fabrication irréprochable (qui ne demande aucune imagination) mais surtout en intimidant la clientèle tentée d’acheter des produits plus innovants ailleurs (je l’ai vécu personnellement quand je travaillais chez Honeywell Bull) et en empêchant les concurrents d’améliorer ses machines par leurs propres softs.

IBM ne s’est cassé la figure que parce que ses dirigeants étaient si peu intelligents et concernés par l’innovation qu’ils ont cédé le département naissant « micro-ordinateurs » à un inconnu : Bill Gates. Celui-ci en a fait Microsoft, lui-même sans le moindre effort simplement parce que le marché s’est orienté tout naturellement vers ces machines au rapport performance-prix imparable. Bill Gates, à son tour, impose par tricherie son monopole sur les micro-ordinateurs sans jamais mener la moindre R&D ! Il se contente – entre autres – d’interdire aux réseaux de distribution de tous les pays de vendre des systèmes d’exploitation concurrents du sien, faute de quoi Windows sera plus cher pour eux. Celui-ci représentant 90 % des ventes,  c’est dur de passer outre !

Windows, né en 1985 et copié sur la concurrence, n’a quasiment pas évolué depuis. Il est anti-ergonomique, démesurément complexe et ne vaut rien ! Pourtant il est installé à des milliards d’exemplaires, paralysant l’usage de l’informatique dans les foyers et les entreprises. Par ses pratiques anticoncurrentielles Microsoft empêche ainsi l’émergence de concepts nouveaux et simples comme le Conversationnel et l’intelligence artificielle (solutions que je propose), empêchant la naissance d’une société nouvelle.

Autre exemple, étonnant celui-là, d’une méthode de paralysie du progrès par un monopole : Intel. Cette entreprise a conquis brutalement le marché en étant la première à commercialiser en 1968 une invention de 1958, le cerveau d’ordinateur condensé sur quelques centimètres (le circuit intégré). C’est elle qui fournit le « cœur » (le microprocesseur) de la plupart des ordinateurs de la planète. Un de ses trois fondateurs, Gordon Moore, a imaginé en 1971 la fameuse « loi de Moore » qui postule que le progrès dans la fabrication des microprocesseurs suit miraculeusement une progression linéaire stable, qui doit émerveiller tout le monde. Émerveillement limité quand on sait que la progression des techniques s’accélère au contraire de façon exponentielle. Mais très pratique pour Intel ! Puisque le progrès est prétendu linéaire et que l’on ne craint pas la concurrence, inutile de se casser les pieds en finançant l’innovation qui, elle, l’aurait rendu exponentiel.

Loi_de_Moore

CourbesProgresTechnique

En 2015, cette loi se vérifie toujours au grand étonnement de tous les économistes ! « La loi de Moore s’est jusqu’ici révélée étonnamment exacte » dit Wikipedia. En effet, ce qui maintient cette courbe sous la forme d’une droite est artificiel : c’est la volonté d’Intel. Pourquoi innover alors qu’on parvient pour moins cher à dominer le marché mondial ? Il suffit de progresser à petits pas juste suffisants pour ne pas laisser la place aux concurrents… Et quand il y en a un qui fatigue et risque de vous mettre en situation évidente de monopole avec le risque d’être découpé en petits morceaux par la justice américaine, on lui donne du fric (AMD) ! Intel est devenue si efficace dans sa destruction de la concurrence qu’elle en est ainsi venue à financer ses compétiteurs ! Elle le fait de multiples façons, occultes ou officielles, pour sauvegarder les apparences d’une saine concurrence. Quand vous entendez un spécialiste de l’informatique se référer doctement à la loi de Moore, sachez que c’est ou un imbécile ou un escroc…

La justice a bien tenté de réguler les pratiques anticoncurrentielles par les « lois antitrust » en tentant de découper les monopoles en moins gigantesques compagnies indépendantes, mais elle l’a toujours fait trop tard et mal.

Début avril 2011, je découvre qu’il y a un forum sur l’Intelligence Artificielle, ma spécialité, dans un site d’informaticiens : www.developpez.com. Je m’y inscris donc et crée une nouvelle discussion : « Vraie et fausse IA ». Je commence le débat en expliquant que ceux qui prétendent qu’il y a deux IA, l’une « forte » et l’autre « faible », se trompent et trompent le marché. Il ne peut y avoir qu’une seule IA, celle qui, au minimum, raisonne comme vous et moi. Le reste, c’est de l’informatique classique (du procédural), celle qui rend l’ordinateur si idiot qu’il faut tout lui dire en le programmant avec des langages spéciaux (Java, C++, Pascal, etc.) donc par des programmeurs. Bien entendu, j’en profite pour dire que je détiens la technologie pour permettre à l’ordinateur de raisonner et de se passer de programmation.

Je sais que sur ce site, il y a des développeurs, a priori mes ennemis, et des analystes, a priori intéressés. En effet, ces derniers aimeraient disposer d’un ordinateur écrivant le programme devant le client qui le commande, ce qui est impossible à faire aujourd’hui sans mon invention la Maïeutique. Au début, mes interlocuteurs sont polis et veulent vraiment des explications sur ce que je propose. Puis les attaques d’inconnus commencent :

  • Monsieur « –1– » : « je ne vois toujours pas la nouveauté meritant l’eloge. conversationnel, c’est encore du procedural, question reponse, rien de plus procedural que le dialogue. »
  • Monsieur « 10_GOTO_10 » : « Effectivement Internet nous apprend beaucoup de choses sur l’initiateur de cette discussion: Il semble surtout être un spécialiste de l’auto-promotion et des discussions sans compromis:

Pour finir j’ajouterais que la tendance particulière de J-P. de Lespinay à ressentir l’existence d’un complot contre lui de la part du monde universitaire (auquel je n’appartiens pas), ainsi que sa conviction d’avoir fait une découverte majeure non reconnue à sa juste valeur, le rapprochent dangereusement des symptomes de la paranoïa. Disons à 60%, c’est une certitude 😉 »

  • 10_GOTO_10 va sur mon site, qui est, je le précise, un site de recherche d’investisseurs et non un site commercial. Il ne s’y rend pas pour comprendre mon offre mais pour la ridiculiser. Il choisit certaines démonstrations parmi la trentaine qui s’y trouvent et montre qu’elles sont souvent non terminées, ce qui est normal et voulu ! Il en conclut que ma technologie est mauvaise…
  • Soudain, le titre de ma discussion « Vraie et fausse IA » est changé par developpez.com en « IA en logique d’ordre 0+ », ce qui ne signifie plus rien pour personne. Cette modification permet à developpez.com de ménager les charlatans en Intelligence Artificielle du site, que j’allume l’un après l’autre avec mes arguments.
  • 10_GOTO_10 :  » JPD n’a rien inventé de révolutionnaire, il le dit lui-même, » !
  • –1– se moque de la note qu’il m’a mise avec ses copains et qui s’affiche à côté de chacun de mes messages : – 10 ! Pendant ce temps, je passe à -30 ! Comme je m’en amuse, je passe à -48 ! C’est totalement extraordinaire. Puis, il me soumet un exemple d’intelligence artificielle « adapté à ma technologie », ridicule à souhait :

comment marcher? un pied devant l’autre
comment mettre un pied devant l’autre?
pied gauche à terre => lever le pied droit
pied droit à terre => lever le pied gauche

  • Normal 0 21 false false false FR X-NONE X-NONE  –1– « pour l’instant, pas une seule de vos explication n’a pu rendre la chose claire. à croire que ce n’est pas vous qui postez les messages, mais un de vos programmes. »

Etc.

Vous voyez le niveau ?

 

 

 

Normal 0 21 false false false FR X-NONE X-NONE

Une image que vous ne retrouverez pas dans le site developez.com :

la discussion a été totalement effacée par son patron !

 

Normal 0 21 false false false FR X-NONE X-NONE

Un des rédacteurs du site, SpiceGuid, « un parmi des centaines » me dit-il, est scandalisé par ce « lynchage ». Il m’écrit pour me dire :

Il n’est pas normal que votre note soit négative et que vous deviez essuyer des attaques personnelles. Je suis obligé de faire intervenir la modération sur votre fil de discussion. Voici une copie des consignes que j’ai données :
* le fil de discussion devrait être retitré en *IA en logique d’ordre 0+*, ça permettrait d’écarter un peu les incompétents qui ne font qu’ajouter de l’huile sur le feu par d’interminables demandes d’explications
* il faudrait modérer les attaques personnelles et surveiller la progression de la discussion pour qu’elle s’en tienne aux arguments techniques et qu’elle ne dérape pas vers le lynchage collectif
* je déconseille fortement de verrouiller le sujet, ça serait interprété comme de la censure
* de mon côté je vais également suivre de loin afin de veiller à ce que l’auteur initial du la discussion puisse s’exprimer librement et garder toute la sérénité dont il a besoin pour s’expliquer à ceux qui veulent bien l’entendre
 »

«  je déconseille fortement de verrouiller le sujet, ça serait interprété comme de la censure » : c’est pourtant ce que le site va faire… La censure est démontrée.

Mais la modération du site developpez.com ne veut rien entendre ! SpiceGuid me fait gentiment son rapport :

« Pour ne rien vous cacher ça se présente plutôt mal. (…) hier la modératrice en chef m’a répondu et elle n’avait pas l’air particulièrement alarmée par votre situation. Elle aurait au moins pu censurer les psychiatres auto-proclamés pour hors-sujet, impolitesse, diffamation mais rien du tout.

Le pire c’est qu’on fonctionne comme un « _forum d’entraide_ ». C’est-à-dire que celui qui poste le premier message est censé demander de l’aide (donc il ne peut pas gagner de points sauf si on lui délivre un carton vert). Et ceux qui lui répondent sont censés « aider », ils gagnent 1 point à chaque message, et ce *même s’ils ne font que vous insulter*.

(…) je peux vous confirmer que cette situation est totalement inédite pour moi, en 4 ans de présence sur ce site je n’avais encore jamais vu de côte négative. »

La modératrice en chef s’appelle Caro. Elle représente le site developpez.com et véhicule l’image du site. Elle n’est pas du tout alarmée par les agressions que je subis et ma cotation hyper-négative jamais vue depuis 4 ans ! Elle sait que, chaque fois que quelqu’un m’agresse – tout en me notant négativement – il gagne un point ! Chez developpez.com, c’est la prime à l’insulte. Prenez note !

Dans un autre message privé SpiceGuid me cite les réactions des modérateurs qu’il contacte :

« de toute façon, comme ça a démarrer, quelle que soit la démarche qu’on adoptera, ça ne peut plus que partir en sucette, ce sont juste quelques frustrés de la vie qui viennent se défouler sur lui, on y peut rien, ça n’est pas à toi de gérer le bazard, laisse Caro gérer ça à sa sauce »

Il ajoute : « et enfin… le meilleur,… le plus énorme de tout :

—Citation— [du modérateur]
si on réprimande les lyncheurs, ils vont râler
—Fin de la citation—« 

« Bref beaucoup de monde s’accorde à dire que vous ne méritez pas le traitement que l’on vous inflige mais personne ne veut prendre les mesures idoines. »

Dans un autre message, il donne son opinion sur developpez.com :

  •  oui, sur DVP on est pas trop bon en communication par contre on est fort sur les brimades 😉
  •  Oui, c’est ce que j’appelle la modération « à la louche ». Ça ne s’explique pas, il faut le vivre une fois pour comprendre que Caro n’est pas là pour vous servir la soupe 😆
  •  La direction de DVP n’a jamais eu l’ambition d’une éthique sans faille.
  • L‘intérêt supérieur du site c’est de trouver des annonceurs pour les bannières et les encarts publicitaires.
  •  comme je suis rédacteur je n’ai pas accès aux forums cachés de la modération. Les modérateurs, eux, n’ont pas accès aux forums cachés de la rédaction. Et presque personne n’a accès aux forums cachés du comité de direction. C’est aussi cloisonné qu’un service de contre-espionnage.

 

« C’est aussi cloisonné qu’un service de contre-espionnage » ! Visiblement, l’ambiance à developpez.com n’est pas à la transparence. Plutôt à la dictature. Cela me rappelle nos administrations…

Le 6 avril, il me propose un protocole d’accord amiable entre developpez.com et moi-même. Je le refuse car celui-ci m’impose de ne plus jamais parler de « théorie du complot » dans le site, ce qui reviendrait pour moi à me laisser égorger par la foule sans rien dire. Ce faisant, il a tout de même rédigé cet article bien révélateur :

  • * JPL s’engage sur l’honneur à ne pas donner de suites de quelque nature aux insultes ou diffamations dont il a été la cible sur le forum DVP.com

Un des membres de developpez.com, mécontent de ce lynchage qui l’empêche de discuter sérieusement avec moi, crée une nouvelle discussion : « le raisonnement, qu’est-ce que c’est ? », puisque l’automatisation du raisonnement est à la base de mes découvertes.Il espère ainsi laisser les emmerdeurs sur l’autre… Je reprends donc là notre discussion. Il se passe alors deux choses : à l’instant, le site developpez.com me supprime mes notifications par email et mes adversaires de l’autre « thread » rappliquent en masse… Les notifications me permettent d’être averti qu’un membre du forum a ajouté un commentaire, avec l’avantage précieux qu’elles incluent son message. Si par hasard le forum était supprimé, il me resterait toujours le texte des échanges sur mon ordinateur… Or, Caro, la « modératrice » en chef, et son patron, Marc Lussac, ont décidé de supprimer carrément les deux forums et même d’effacer leur contenu !

Dans la nouvelle discussion « le raisonnement, qu’est-ce que c’est ? », les attaques reprennent (avec la bénédiction du site) et je finis par demander l’intervention d’un modérateur, par deux fois. C’est Caro qui finit par répondre. Elle m’accuse carrément d’être impoli avec la communauté de developpez.com !

« comme cela vous a été notifié, l’utilisation du bouton « Signaler message hors-charte » n’est pas destinée à attirer l’attention sur vos « déboires » sur les forums, mais est réservée aux cas graves (racisme, diffamation, pornographie, etc.). Dans les discussions que vous avez signalées, je n’ai constaté ni *insultes*, ni *diffamation* et je n’interviendrai donc pas. Enfin, je précise que vous vous êtes le bienvenu dans le Club à condition d’en respecter les Règles (http://club.developpez.com/regles/). Une réponse de votre part à ce message n’est pas utile dans la mesure où j’ai clairement exposé ma position et n’en changerai pas. Si je devais constater à l’avenir que vous ne les respectiez pas, je me verrais obligé de prendre éventuellement d’autres mesures plus contraignante à votre égard. »

La centaine de modérateurs que compte le site, dirigée par 3 chefs modérateurs, n’intervient donc qu’en cas de « racisme, diffamation ou pornographie »… Caro, toute occupée à ses mensonges, n’a pas vu ce que cela implique : pour qu’il y ait autant de garde-chiourmes à developpez.com, il faut plus encore de crapules à surveiller. Beau site que voilà ! Par ailleurs, SpiceGuid, lui, m’a proposé un protocole accepté de la direction qui spécifie explicitement que je suis victime de diffamation (voir citation plus haut). Je lui réponds de façon cinglante que c’est elle qui n’a pas respecté ses propres règles et les règles propres à tous les forums, sans lesquelles il ne peut y avoir de débat valable. J’ajoute que sa position n’est visiblement pas celle des autres modérateurs, ce que j’étaye avec les propos et citations de SpiceGuid, qu’elle connaît parfaitement puisqu’ils arrivent en copie dans sa boîte. Par exemple, ceux du 5 avril 2011 :

  • Quand le(la) modérateur(trice) intervient il(elle) efface les accusations personnelles et commente les motivations des modifications (hors sujet,manque de politesse,diffamation,…). Ainsi votre interlocuteur sait qu’il a franchi la limite. Il peut éventuellement recevoir une sanction (bannissement temporaire ou définitif du site) en fonction de la gravité de la faute. La modération n’est donc pas secrète, son intervention est visible et sert à dissuader vos futurs et présents interlocuteurs d’utiliser des moyens déloyaux pour vous discréditer.

 

Après avoir confondu Caro, je m’attaque à 10_GOTO_10 qui vient de me commettre un message stupide de plus dans la discussion sur le raisonnement. Je reprends chacune de ses affirmations ligne par ligne et je démontre leur non-sens et sa volonté de nuire. Le voilà ridiculisé ! Ma note passe à -62… Il n’a pas le temps de (tenter de) me répondre, les deux forums sont brutalement supprimés ! De même que les messages personnels entre débattants, ce qui est franchement culotté. C’est la panique chez developpez.com ! Un des membres honnêtes du site, prénommé Franck, est furieux du comportement de son site. Il retrouve mon adresse email pour me le dire, ajoutant qu’il va étudier ma techno cet été, ce qui est bien sympa.

Désormais, impossible pour moi de consulter le forum de developpez.com. Voilà ce que j’y vois : 

C’est la dictature chez developpez.com ! Marc Lussac, le patron de ce site, a donc repris à son compte l’ostracisme « officiel » qui me frappe. Il veut lui aussi m’empêcher de communiquer sur mon invention… Il efface deux sujets de discussion et 5 jours de débats ! Du jamais vu. Il est vrai qu’ainsi l’absence intolérable d’intervention de la part de ses modérateurs n’apparaît plus et que mon invention n’y est plus citée… C’est tout bénef ! Vu mon histoire, ce comportement partisan est bien digne d’un universitaire ou d’un fonctionnaire. J’ai donc essayé de pister sa carrière. Mais… impossible de trouver quoi que ce soit sur Marc Lussac sur le web !

Les gens du privé, eux, ne se cachent pas. Ils ont une histoire que l’on peut découvrir sur le web…

Début 1998, je fais connaissance d’une jeune société spécialiste du développement de sites web : « Tableau de Bord ». Son patron vient d’Imaginet, la société française pionnière de la prestation Internet en France. J’obtiens avec lui la commande du développement d’un prototype de « Bureau de Douanes Virtuel » pour l’administration des « Douanes et Impôts Indirects ». Ce sera un service conversationnel par Internet, ma spécialité, destiné au citoyen français où qu’il réside dans le monde, qui lui permettra de connaître les droits de douane quand il a des biens à faire entrer en France. Le site remplira automatiquement les bordereaux et imprimés, calculera les droits de douanes et permettra de les payer. C’est évidemment une très bonne idée. Pour moi, elle ne présente qu’un défaut : je n’ai encore jamais vu une administration accepter une technologie permettant de réduire le nombre de fonctionnaires…

Début 1999, j’obtiens la commande du développement d’un prototype de « Bureau de Douane virtuel ». Si ce prototype fonctionne de façon satisfaisante, l’administration nous garantit, à Tableau de Bord et ma société Arcane, un gros marché derrière.  J’interviewe les experts des Douanes avec mon logiciel Maïeutica et commence le développement d’un Conversationnel prototype basé sur leur connaissance. La collaboration avec eux est bonne, je ne sens pas de réticence. Je me permets même de leur demander s’ils ne sont pas un peu ennuyés à l’idée de laisser un programme fournir en direct des renseignements jusqu’à présent fournis par des douaniers. Ils me répondent qu’ils sont accessibles au progrès comme tout le monde.

Le proto est donc développé, il tourne sur Internet et je suis payé sans problème. Comme nous avons fait la preuve que ma technologie fonctionne bien sur Internet, le contrat nous est théoriquement acquis. Hélas, après un mois d’attente, nous apprenons que les Douanes ne donnent pas suite à leur projet de Bureau de Douanes Virtuel… La raison est bien celle que je craignais : opposition très vive d’une « certaine catégorie de travailleurs » des douanes face à un logiciel capable de faire leur boulot. Service public, oui, mais à condition que ce ne soit pas le public qui bénéficie du service ! On retrouve là l’éternelle Loi de Parkinson : la motivation essentielle du fonctionnaire, soutenue par ses patrons, par les patrons de ses patrons jusqu’en haut de l’échelle, c’est d’augmenter son pouvoir en devenant lui-même patron, donc en embauchant des fonctionnaires qui seront sous ses ordres. Avec une telle motivation, pas question de laisser entrer un logiciel qui remplacerait des fonctionnaires ! Bien entendu, vous noterez que dans les calculs du fonctionnaire on ne trouve nulle part place pour le « service » public qu’il doit aux Français…

L’administration vient de financer une prestation de plus à perte. Il était couru d’avance qu’elle ne mènerait pas le contrat prévu jusqu’au bout… Mais ce n’est pas grave, ce n’est pas son argent, c’est le nôtre.

1. Les freins informatiques : d’accord pour commander une innovation informatique, mais en cachette du patron de l’informatique !

Pour une fois, cette histoire ne relate pas les travers administratifs. Elle est simplement symptomatique des soucis que rencontre l’innovateur. Elle donne une idée des obstacles que j’ai rencontrés sur le plan professionnel chez mes clients, obstacles très discrets mais efficaces : l’opposition du service informatique, qui finit par entraîner le refus du client de travailler avec moi, même si c’est son intérêt. On appelle cela « acheter la paix sociale ».

Ayant lu dans une revue bancaire que la Sovac, banque parisienne spécialiste du crédit revolving aux particuliers, se vante de faire l’analyse de risques grâce à un « système expert » (ma spécialité), je la contacte. Je tombe sur le responsable du service analyse de risque, Dominique Monéra. Il m’affirme fièrement qu’il dispose du dernier cri de l’Intelligence Artificielle et n’a pas besoin de moi… Je tente de ne pas m’étrangler devant tant d’audace. Je connais bien le « dernier cri » de l’IA installé dans les grandes entreprises. Ce sont invariablement les fameuses solutions américaines indignes de l’IA, qui trompent la clientèle sur ses possibilités réelles et finissent par lui donner une image désastreuse. « Puisque ça vient d’Amérique, c’est automatiquement bien »…

En 1992, après avoir exposé dans plusieurs salons en France, et à Londres, je sais que je suis le seul sur le marché à offrir ce « dernier cri ». Reste à en convaincre le client… Je pose alors à Dominique Monera les questions qui vont lui permettre de constater par lui-même que son « dernier cri » est dépassé : le logiciel est-il capable de dialoguer avec ses utilisateurs ? Les règles sont-elles écrites en langage courant ? Le logiciel fournit-il lui-même à la demande les explications sur son raisonnement? Est-il capable de détecter les contradictions ? Il répond oui à chaque question ! Je n’en reviens pas ! Ma confiance en moi vacille… C’est qu’il a l’air compétent et sincère, le bougre ! Un concurrent aurait-il enfin trouvé aussi ce que j’ai trouvé ? Mon étonnement est tel qu’il en est surpris lui-même et me propose de vérifier ça auprès de ses informaticiens.

Quelques jours plus tard, il me rappelle et me dit que ses informaticiens ont eux aussi répondu oui à chacune de mes questions… Mais, là, j’ai eu le temps de me ressaisir. C’est tout de même un outil américain qu’il utilise et, vu la technique qu’il y a dessous, ce que ses informaticiens avancent n’est pas possible. Je lui demande donc de ne pas se contenter de croire ce qu’ils prétendent, mais de le vérifier de visu en leur réclamant une démonstration. Il accepte le deal, ce qui me le fait monter très haut dans mon estime. Voilà un homme réellement guidé par l’efficacité de son service, qui commence à me faire confiance alors qu’on ne s’est jamais rencontrés. Le lendemain, il me rappelle pour me dire qu’il a contraint ses informaticiens, très réticents, à faire la preuve de ce qu’ils avançaient. Il a alors constaté, effaré, qu’ils lui avaient bien bourré le mou ! Tout était faux. Furieux, M. Monera accepte enfin de me recevoir et je lui fais la démonstration de mon logiciel Maïeutica.

Il découvre alors qu’il va pouvoir tenter une première grâce à mon outil : attaquer un nouveau marché sur lequel la Sovac n’a pas d’expérience, le credit revolving aux entreprises. En effet, la Sovac est seulement spécialisée à l’époque clientèle particuliers. Il pense que grâce à Maïeutica, il pourra créer progressivement l’expertise qui lui manque et la tester, car la programmation se fait en langage courant. C’est une idée audacieuse que je n’avais pas encore osé avoir moi-même…

Décidé à me commander mon logiciel, il me déclare alors une chose étrange : Faites-moi une proposition, mais ne parlez pas de votre technologie ! Ne dites surtout pas que c’est un générateur pour experts qui les rend capables de développer n’importe quel système expert sans informaticiens. Si vous dites ça, nous sommes fichus ! Nous n’aurons pas la commande ! Dites qu’il s’agit d’un outil de scoring (= d’analyse de risque) ! Devant mon étonnement, il m’explique que le patron de l’informatique de la Sovac fait partie du Directoire et que s’il voit passer une proposition de logiciel intelligent permettant de se passer d’informaticiens, ce sera niet ! Je m’étonne auprès de lui que la vérité ne soit pas plus facile à vendre dans une entreprise sérieuse, mais il insiste. Je sens son inquiétude réelle face au terrible pouvoir du Directeur Informatique, qui pourrait faire échouer un projet qui lui tient à cœur. Je rédige donc ma proposition comme il le demande …et elle est acceptée !

Je montre aux experts analystes de la Sovac comment marche mon logiciel Maïeutica. Rapidement, car ils sont pressés de commencer …sans moi ! Leur connaissance est « confidentielle défense » ! Jamais vu encore une telle assurance. A partir de cet instant, je n’ai plus beaucoup de nouvelles de M. Monéra. Quand je l’appelle, de temps en temps, il me dit que ça avance bien. Je n’en sais pas plus. C’est le premier client, et un des seuls de toute ma carrière, qui se sera totalement passé de moi pour développer un système expert qui sera ensuite utilisé partout en Europe.

 

2. Le problème résolu, on oublie aussitôt la technologie qui vous a sauvé…

Un an après, il m’informe que son travail a été apprécié qu’il est promu. Il ajoute qu’hélas son poste est désormais confié à une dame qui se fiche complètement de mon logiciel. Selon lui, plus rien à espérer de la Sovac, c’est fini. Un peu sceptique, j’appelle la dame et constate qu’en effet, il a raison : elle ne connaît rien de mon logiciel, rien des systèmes experts, et surtout elle n’a pas du tout envie de se pencher sur la question ! Étrange, la vie… En fait, c’est sûrement une informaticienne…

Voilà donc un bon client « très satisfait » qui laisse complètement tomber la techno qui l’a boosté… Quelques temps auparavant, M. Monera, étonné de ce qu’il était parvenu à réaliser grâce à mon produit, m’avait demandé : « Pourquoi avec un logiciel aussi génial ne roulez-vous pas sur l’or ? »… Très embêté, je n’avais pas su quoi répondre. Je me sentais nul d’échouer aussi lamentablement avec une aussi bonne idée. Il m’a fallu beaucoup de temps pour comprendre qu’il fallait rechercher la responsabilité ailleurs. Ma clientèle était faite exclusivement de grands groupes et d’administrations. Chez chacun d’eux, j’avais un ennemi de l’intérieur : le service informatique, qui refusait l’introduction d’une technologie permettant de se passer de lui et ne s’en vantait jamais, d’où mon ignorance de cette obstruction. Le service qui m’avait passé une 1ère commande essayait désespérément de m’en passer une seconde et n’y parvenait pas. Il n’obtenait jamais le budget. On lui disait toujours qu’il y avait plus urgent… Il n’y comprenait rien et moi non plus. Maintenant je sais… Le financement des logiciels passe par le service informatique !

A l’extérieur, j’avais aussi mon ennemi : l’État, qui me refusait publicité et soutien, également dans la plus grande discrétion. Ce mélange d’agression et de volonté d’anonymat de la part de tous ces groupes est symptomatique d’une maladie sociale, le « désir mimétique » de René Girard, dont je vous parlerait plus tard (2014 !).

Le plus triste, c’est ce qui se passe après à la Sovac : j’apprends que Maïeutica n’y est plus utilisé ! M. Monera promu à un autre poste, les informaticiens de la Sovac ont repris le pouvoir : ils ont laissé tomber mon logiciel et sont revenus aux méthodes d’antan qui les rendent indispensables : l’écriture à la main ! Ils se remettent donc à produire tous les bugs qui déconsidèrent l’IA depuis des années, multipliant par dix les délais de mise à jour. Mais, peu importe, les revoilà incontournables …et tant pis pour la rentabilité de leur société !

Cette histoire révèle que, dans le privé aussi j’ai des adversaires. Heureusement, pour compenser, j’y ai également des alliés. Trop peu car la force de résistance des informaticiens, corps constitué, est bien supérieure à la force de conviction d’une ou deux personnes dans l’entreprise. Je ne peux donc emporter mes contrats que là où il n’y a pas d’informaticiens, ou par surprise comme à la Sovac, ou en rencontrant directement le patron ce qui est très rare.